Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La Réserve Naturelle Régionale des Tourbières du Morvan

Entre le lac de Saint-Agnan et les sources de l’Yonne, la Réserve Naturelle Régionale des Tourbières du Morvan regroupe 12 sites emblématiques du patrimoine tourbeux morvandiau.

Comment est née la RNR des Tourbières du Morvan ?

Le classement de la Réserve a abouti en 2015 après plus de 30 ans d’engagement pour la préservation des tourbières du Morvan. Le Parc naturel régional du Morvan a œuvré dès les années 1990 en faveur des tourbières, avec le portage de deux projets d’Arrêtés de protection de biotope (forme d’aire protégée) classés par l’État et la création d’aménagements d’accueil du public. Le Conservatoire d’espaces naturels de Bourgogne s’est investi à la même époque dans des restaurations grâce à un programme européen LIFE Tourbières. À travers sa politique sur les Espaces Naturels Sensibles, le Département de la Nièvre a fait l’acquisition et la mise en valeur de plusieurs sites. La Société d’histoire naturelle d’Autun et l’antenne bourguignonne du Conservatoire botanique national du bassin parisien ont quant à eux fourni un important apport de connaissances sur les espèces.

Quel est le profil des milieux constituant la Réserve ?

Les tourbières sont engorgées d’eau en permanence, ce qui crée des conditions particulières dans lesquelles la matière organique ne se décompose pas. Il en résulte un substrat paradoxalement très pauvre. Les végétaux morts s’accumulent, devenant de la tourbe qui peut représenter jusqu’à 4 m d’épaisseur sur la Réserve, ce qui correspond à 13 000 ans d’archives naturelles. Spores de champignons, pollens et autres restes végétaux permettent aux spécialistes de retracer l’histoire de l’installation humaine depuis les dernières glaciations, du climat, et des paysages. Si ceux-ci peuvent paraître à première vue uniformes, ils sont en réalité composés d’une multitude de petits reliefs en buttes et en creux qui correspondent à autant d’écosystèmes. Parmi les autres milieux, on compte des prairies paratourbeuses où l’eau ressuie suffisamment pour que la matière organique se dégrade partiellement, et des étangs tourbeux créés par l’Homme, principalement pour le flottage du bois.

Quelles espèces y rencontre-t-on ?

Les tourbières sont peuplées d’espèces adaptées à des conditions très particulières. Côté flore, on trouve la rare et protégée Canneberge qui produit les cranberries et la Linaigrette engainée avec ses pompons cotonneux. Côté faune, on peut citer le Nacré de la Canneberge, un papillon trouvé à proximité de la Réserve et qui pourrait potentiellement la recoloniser, et le Lézard vivipare, dont les œufs éclosent aussitôt après la ponte, le développement embryonnaire se développant dans le ventre de la mère, pour faire face aux conditions fraîches. Les prairies paratourbeuses abritent nombre de papillons et d’oiseaux paludicoles et un cortège floristique en régression : Cirse des Anglais, Scorsonère humble, Arnica des montagnes… En queue d’étang, poussent la Drosera à feuilles étroites et des gazons amphibies.


Christine DODELIN, Conservatrice de la RNR des Tourbières du Morvan

Point recherche

Afin de faciliter la préservation à long terme des tourbières, des suivis sont réalisés pour veiller sur l’évolution des milieux. Les populations de sphaignes, des sortes de mousses dont 12 ont été recensées sur la Réserve, sont notamment d’excellents indicateurs. La qualité et la quantité d’eau, ou encore l’exposition, influencent le cortège d’espèces. L’expansion de sphaignes recherchant l’ombre peut traduire une colonisation par les arbres. La régression d’espèces de milieux acides peut révéler un apport d’eau par résurgence, etc. Un passage est effectué tous les cinq ans sur diverses parcelles d’un mètre carré chacune. L’abondance des espèces est comparée après identification sur le terrain ou en laboratoire.


Pour en savoir plus

Sept sites de la RNR sont ouverts au public. Deux sentiers sur pilotis viennent d’être rénovés sur la Tourbière de Champgazon à Montsauche-les-Settons et sur l’Étang Taureau à Saint-Brisson. Des éléments complémentaires sont à retrouver sur : https://www.parcdumorvan.org/le-parc-en-actions/nature-et-biodiversite/les-milieux-remarquables/la-reserve-naturelle-regionale.

Ouvrage de Bourgogne-Franche-Comté Nature

Une présentation de la RNR ainsi que l’ensemble des actes du colloque du Groupe d’étude des tourbières « Quelle eau pour quelle tourbière » sont à lire dans le n° 26 de la revue BFC NATURE.

Rechercher

Partagez :

Consulter d’autres articles : 

La Grassette, un brin vampire

Reconnaissable entre toutes avec son teint pâle sur son lit de mousses, la Grassette commune fascine par son adaptation carnivore. Qu’est-ce que la Grassette commune ?

Nos dernières publications :